Comment protéger nos données personnelles à notre décès ?

donnees-personnelles-2Comment préserver nos proches de ces données fantômes qui leur rappellent que nous ne sommes plus à chaque publication générée aléatoirement par des algorithmes ? De quoi est constitué notre héritage numérique ? Comment le protéger après notre mort ?

Le Produit Numérique Personnel : un héritage virtuel

Lorsque nous pianotons sur la toile, nous laissons l’empreinte de notre vie. Ces traces numérisées se décomposent en différentes données :

  • Contenus en ligne et publications sur les médias sociaux dont nous sommes les auteurs ;
  • Communications : courriel et carnet d’adresses en ligne ;
  • Transactions en ligne : banques, assurances, factures et réservations ;
  • Loisirs : musiques, livres électroniques, jeux.

Les documents créés sur nos ordinateurs, même s’ils n’ont jamais été partagés, constituent également un élément de notre PNP.

Or, toutes ces informations personnelles distillées sur la Toile deviennent un héritage numérique. Un legs que nos ayants droit peuvent difficilement rassembler si nous n’avons pas réalisé et mis à jour régulièrement notre empreinte numérique comme nous le rappelle la brochure « Internet et moi » disponible gratuitement chez Notaire.be.

Constituer notre empreinte numérique et désigner une personne de confiance pour gérer notre droit à l’oubli

Ce droit à l’oubli — qui concerne avant tout nos données personnelles de notre vivant — doit aussi être possible à notre mort. Cependant, il n’est pas toujours facile pour nos héritiers de faire respecter nos dernières volontés numériques : les droits de la personnalité impliquent que nos comptes sont strictement personnels et ne peuvent dès lors être transmis à des tiers.

Néanmoins, nous pouvons décider, de notre vivant, des conditions de conservation ou de diffusion de nos données après notre décès dans notre testament et désigner une personne de confiance pour exécuter nos ultimes volontés.

Afin de l’assister dans cette tâche, nous pouvons constituer un dossier, nommé « empreinte numérique » qui renfermera tous les comptes et services que nous utilisions sur Internet ainsi que leur mot de passe.

Nous pouvons également faire appel à des entreprises tels que GrantWill pour stocker toutes nos informations et les transmettre, le jour de notre décès, à la personne de confiance que nous aurons choisie.

Effacer les données personnelles numériques du défunt lorsqu’aucun testament ou directive n’a été produit

Lorsque le défunt n’a pas laissé de directives ni constitué son empreinte numérique, l’effacement des données sur les comptes et réseaux sociaux se révèle plus délicat pour les héritiers.

C’est pourquoi nombre de ces services offrent à présent de supprimer le compte avec preuve de votre filiation au défunt et copie du certificat de décès. 

Que nous désirions fermer nos comptes ou non, l'Autorité Belge de protection des données recense une partie des liens qui vous permettront de signaler le décès d’un proche, ou de désigner la personne qui gérera votre éternité numérique.

Sachez toutefois que certains organismes, soucieux de la vie privée de leurs abonnés, désactivent le compte à l’annonce du décès, ou lorsque ce dernier est resté longtemps inactif.

Magali Laguillaumie