Les différents signes qui annoncent une mort prochaine

signes-2Accompagner celui que nous aimons dans son dernier repos, évaluer les signes qui alertent sur son décès proche est plus souvent le rôle des soignants.

Pourtant, repérer ces signes peut nous permettre d’être auprès de celui ou celle que nous chérissons dans ces ultimes instants. D’être présent et de l’entourer de notre amour dans ce dernier souffle.

Comprendre les signes pour mieux réagir

Lorsque fatigué de lutter contre la maladie ou simplement parce que c’est l’heure de partir, l’être aimé que la mort appelle, change de comportements. Ceux-ci peuvent vous inquiéter alors qu’ils sont naturels à tout être sur le déclin.

Quelques mois avant le trépas

Bien que rien ne laisse entrevoir encore que le pronostic vital soit engagé, les personnes dont le décès est proche se replient sur elles-mêmes. Elles ressentent un manque d’intérêt pour le monde extérieur alors que nous-mêmes voudrions parler, échanger. Il est important que nous respections ce repli du monde. En restant présents, dans le silence et le calme, nous travaillons également à l’acceptation de cet inéluctable.

Déjà, la personne en fin de vie diminue d’elle-même son apport alimentaire et souffre de somnolence.

Quelques semaines avant le décès

Ces quelques semaines avant le décès, la personne peut souffrir de troubles mentaux comme la confusion ou la désorientation. Elle peut aussi refuser la nourriture et diminuer considérablement l’absorption de liquide et donc son hydratation.

Dans cette phase préagonique, le corps connaît alors des dysfonctionnements comme le rythme cardiaque qui se modifie :

  • tachycardie et baisse de la tension artérielle ;
  • dyspnée à l’effort, congestion respiratoire ;
  • fatigue profonde.

Des symptômes plus criants lors de nos derniers jours à vivre

Quelques jours avant le décès, l’être aimé ne trouve plus le courage physique et moral de se lever. La phase terminale est engagée.

Durant les heures avant la mort, d’autres signes avant-coureurs se révèlent.

Des œdèmes peuvent apparaître sur les pieds, les chevilles et les mains. Le manque d’hydratation a fatigué les reins qui ne jouent plus leur rôle et entraînent ce gonflement des extrémités du corps.

La circulation sanguine ralentit également, elle se concentre sur les organes vitaux, les extrémités du corps comme les mains ou les pieds sont froids.

L’oligurie et l’altération de sa respiration s’accentuent, même si le mourant n’en a pas conscience. La somnolence déjà présente peut laisser place à la léthargie. L’essoufflement qui s’invitait à l’effort est à présent là, même au repos.

Parfois, une amélioration temporaire peut survenir, c’est alors l’occasion pour chacun de partager nos sentiments et pensées avec la personne mourante et de rétablir quelques heures, ce lien profond qui nous unit.

Lorsque vient le moment de l’adieu

La peau devenue pâle ou cendrée se marbrera de couleur violacée/rouge bleu, signe que la mort est imminente.

Quelques minutes avant le trépas, l’être aimé, yeux mi-clos, sera léthargique. Des râles d’agonie accompagneront son départ jusqu’à son dernier souffle.

Reconnaître les signes qui annoncent la mort prochaine de celui ou celle que nous chérissons nous permet dès lors de le conduire avec tendresse dans chaque étape de cet ultime voyage. Cela nous permet, aussi, de nous préparer pour cet adieu qui arrive toujours trop vite.

Sources :

"Combien de temps reste-t-il ?" , Soins palliatifs – Pdf, Perspective, Kim Sadler, B.S.C.inf, Ph.D(C.)Ps., et David Wright, Ph.D.Nursing CHPCN (C.).

 "Lorsque le décès est imminent", par Elizabeth L. Cobbs , MD, George Washington University, Karen Blackstone , MD, George Washington University, Joanne Lynn , MD, MA, MS, Altarum Institute.

Magali Laguillaumie