Comment soutenir un ami dans le deuil

deuil-ami-funeraillesAider un ami en deuil : accueillir sa peine sans la porter, le soutenir, l’accompagner

Lorsque nous apprenons que notre ami vient de perdre un proche, nous nous sentons désemparés pour le soutenir face à cette épreuve. Savoir le seconder et l’accompagner sans pour autant porter sa peine se révèle compliqué. Bien souvent, nous sommes également sidérés par cette nouvelle et nous craignons de ne pas trouver les mots.

Exprimez votre empathie

Lorsqu’un proche s’éteint, nous recevons souvent, dans les premiers jours du deuil, des manifestations de soutiens et de conseils. Lorsque le proche d’un ami s’éteint, nous nous sentons désemparés pour le réconforter. Parce qu’il est notre ami, nous souffrons de sa peine et aimerions trouver des mots d’apaisement pleins de sens et d’amour comme ceux que nous avions peut-être reçus dans ce même moment d’affliction. Il n’est évident pour personne d’offrir ces mots et de savoir quel soutien nous pouvons vraiment apporter durant le deuil.

Manifester notre empathie est souvent parsemé de phrases toutes faites qui, parfois, blesseront notre complice de toujours. Parce que chaque deuil est unique, tout comme chaque lien qui nous relie à l’autre, dites à votre ami que vous savez qu’il souffre plutôt que vous comprenez sa souffrance. Appuyée d’un geste bienveillant, cette reconnaissance de la détresse qu’il traverse permet à celui qui la reçoit de ne plus se sentir seul, isolé face à sa peine, comme nous le rappellent Raymond R. Mitsch et Lynn Brookside dans leur ouvrage « Grieving the Loss of Someone You Love: Daily Meditations to Help You Through the Grieving Process ».

Soyez tactile

Pour certains d’entre nous, les manifestations physiques d’affection sont difficiles à recevoir ou à donner. Pourtant, dans ce moment si complexe et douloureux qu’est la perte d’un être aimé, nous avons tous besoin de ces témoignages de tendresse. En particulier si la personne est isolée ou si quelques semaines sont déjà passées. Si, une fois les funérailles et condoléances données, nous retournons vite à notre vie, il en est rarement de même pour notre ami, dont le processus de deuil ne fait que débuter.

Toutefois, nous devrons également apprendre à respecter les cycles de solitude dont notre ami a besoin pour renouer avec la vie sans celui qui l’accompagnait.

Nous devons donc être à l’écoute de ses propres besoins, être celui qui parle ou se tait pour recueillir souvenirs du défunt, larmes et sourires, rester l’épaule sur laquelle il s’appuiera si le besoin s’en fait sentir.

Lui proposer un mouchoir ou un café, lui prendre la main et se taire lorsque le chagrin qui l’envahit réclame le silence et nos bras pour accueillir sa peine.

Soyez vraiment présent

Plutôt que d’utiliser les lieux communs comme « Comment vas-tu ? », n’hésitez pas à lui demander comment il se sent et à accueillir sa réponse. Bien souvent, lorsque nous sommes dans la tristesse, nous mentons à nos interlocuteurs, par pudeur, ou par peur de les déranger avec notre peine. Pourtant, exprimer la réelle couleur de nos sentiments nous permet justement de l’évacuer.

Parler avec lui du défunt et le laisser manifester ses émotions sans jugement est le plus beau soutien que vous donnerez à votre ami. C’est aussi celui qui lui permettra d’extérioriser tous les sentiments contradictoires qui le submergent pendant le deuil. Aidez-le à parler des circonstances du décès, de ce que représentait pour lui le disparu chaque fois qu’il en ressentira le besoin.

Si l’éloignement ne vous permet pas d’être à ses côtés, préférez une carte de condoléances aux SMS et messages Facebook qui obligent bien souvent votre ami à répondre dans l’instantanéité alors que l’épreuve le place dans un temps plus lent et plus intérieur et prenez le temps de l’appeler régulièrement.

Proposez une aide concrète

Pour votre ami, les simples choses de la vie comme la préparation d’un repas ou le ménage peuvent devenir une charge lourde dans les premiers temps du deuil. Plutôt que lui demander s’il a besoin de quelque chose, proposez-lui de partager un plat que vous aurez confectionné en trop grande quantité. Offrez de lui rapporter du pain ou tout autre aliment, puisque justement, vous vous rendez en courses. Ne lui demandez pas ce dont il a besoin, bien souvent, dans les premiers temps qui suivent la perte, votre ami n’en a aucune idée.

Si votre ami est seul dans cette épreuve, offrez-lui de réunir toutes les manifestations de sympathie qu’il aura reçues durant les funérailles, en rassemblant tous les messages et cartes de condoléances sur un unique support. Lorsqu’il se sentira prêt, parcourir tous ces messages de soutien l’aideront dans son travail de deuil.

Assister votre ami pour les tâches matérielles ou pour les déplacements est une excellente idée, à la condition de ne proposer que ce que vous pourrez faire avec lui sur du long terme.

Soyez patient

Comme le rappelle Christophe Fauré dans « Vivre le deuil au jour le jour », le processus de deuil est un long cheminement, où la répétition des mêmes phrases, pensées, est indispensable au travail de deuil. Il nous incombe donc d’être patients et présents aussi longtemps que nécessaire afin d’être un réel soutien pour notre ami en deuil.

Magali Laguillaumie