Comment faire part du décès d'un proche

Annonce décèsLorsque celui que nous aimons s’éteint, il nous faut, malgré la peine et la souffrance engendrée par le deuil, informer du décès la famille, l’entourage proche, ses relations.

En fonction de son âge, du lien qui unissait les vivants et le défunt, ou de l’âge de celui qui reçoit cette triste nouvelle, il nous faudra puiser en nous les ressources nécessaires pour l’annoncer. Quels moyens utiliser pour faire part du décès d’un proche ? Comment aborder cet événement douloureux avec nos enfants ?

Toutes ces questions se bousculent dans notre tête en même temps que nous éprouvons les premiers moments du deuil.

Comment faire part du décès d’un proche ? 

L’annonce en face à face est le plus souvent réservée aux membres de la famille proche, ainsi que le téléphone qui devient alors le lien pour se soutenir durant ces moments difficiles. Pour la famille éloignée ou dont les nouvelles sont sporadiques, ainsi que pour les amis et collègues, on préfèrera utiliser le courrier, le mail ou le SMS.

Annoncer le décès en face à face.

Lorsque la mort survient, qu’elle soit naturelle ou non, nous passons chacun par les étapes du deuil. Cette première étape — le choc et le déni — est inhérente à tout être humain. Nous sommes incapables, biologiquement et, psychologiquement d’intégrer cette rupture du temps que cause l’annonce du décès de l’être aimé. Il nous faudra pourtant prévenir nos proches, qui eux-mêmes, ressentiront alors ces moments confus, ce temps qui semble s’arrêter.

Si vous vous sentez incapable de faire part de cet événement douloureux à vos proches, trouvez un membre de la famille qui vous accompagnera et vous soutiendra durant cette annonce difficile. Pensez à accompagner de gestes tendres vos paroles, ils seront un soutien, tant pour vous que pour vos proches.

Lorsque l’éloignement géographique ne permet pas ce face-à-face, il nous faudra prévenir du décès par téléphone.

Par téléphone, les précautions à prendre

Lorsqu’il n’y a pas d’autres moyens, le téléphone permet d’annoncer le décès de vive voix. Toutefois, il est préférable de prévenir la personne en dehors de ses heures de travail et de s’assurer qu’elle n’est pas en train de conduire — même s’il est interdit de décrocher son téléphone au volant —.

Vous pouvez attendre de connaître les modalités et lieux des funérailles avant de prévenir votre famille et les amis proches du défunt. Vous pouvez également annoncer le décès par téléphone sans détenir encore toutes ces informations et leur signifier plus tard, à l’aide d’un faire-part de décès ou d’un SMS.

Si malheureusement, même une annonce de vive voix reste trop difficile pour vous, courrier, faire-part ou email vous permettront de prévenir votre cercle familial éloigné ou les amis proches du défunt sans attiser votre chagrin.

Courrier, faire-part et email

Il n’est pas toujours facile de rédiger le courrier qui avertit du décès de la personne que vous chérissiez. Trouver les mots est souvent difficile lorsque nous sommes dans l’affliction. Vous trouverez de nombreux exemples de lettres sur le Web qui vous aideront à choisir et poser les mots.

Si vous préférez les faire-part, nous avons mis à votre disposition un service de création de faire-part personnalisés. En effet, réalisée le plus souvent dans l’urgence afin que chacun puisse s’organiser pour se rendre aux obsèques, la rédaction du faire-part reste un moment difficile pour celui qui prend en charge l’annonce du décès.

Plus moderne, ou si vous craignez que les services postaux ne délivrent pas à temps les informations pour se rendre aux funérailles, vous pouvez préférer la rédaction d’un mail ou d’un SMS. Sachez cependant qu’on les destine le plus souvent aux personnes les plus éloignées du cercle familial ou amical, mais ils ont l’avantage de pouvoir être rédigés en fonction de chaque destinataire.

Bien sûr, certains pourraient être tentés par une annonce sur les réseaux sociaux, cela est toutefois déconseillé tant que familles et amis importants pour le défunt n’ont pas été personnellement prévenus.

Annoncer un deuil à un enfant

Que la mort survienne brutalement ou qu’elle soit naturelle, il est toujours difficile d’annoncer le décès d’un de leur proche aux enfants. Perdus dans notre propre tristesse et dans notre désir de les protéger, nous butons sur les mots et préfèrerions nous taire.

Pour autant, il est important de leur parler de la mort, de leur dire, simplement, que quelqu’un que nous aimions profondément s’en est allé. L’enfant doit savoir et comprendre que le défunt ne reviendra pas.

Malgré notre peine, nous devrons rester attentifs à ses réactions, car c’est aussi un choc pour l’enfant, qui selon son âge, ne comprend pas forcément le mot « mort » et peut se sentir responsable du décès.

La perte d’un être cher peut casser ses repères et amener troubles du sommeil, infantilisation ou chute des résultats scolaires. Il est donc primordial de rester à l’écoute de ses besoins. Malgré notre propre souffrance, il nous faudra répondre à ses questions, le rassurer.

Bien évidemment, le décès devra être annoncé avec tact, sans pour autant lui raconter des histoires. Votre annonce se fera en fonction de son âge, de son lien avec la personne disparue et de sa maturité. À un moment ou un autre, il nous faudra dire les mots qui révèlent la vérité : « Ta mamie est morte », afin d’éviter que notre enfant ne passe son temps à attendre que « sa mamie revienne ». Vous pouvez à la suite de cette annonce lui rappeler toutes les choses qu’il aimait faire avec le défunt et lui expliquer que tous ces souvenirs, eux, ne disparaissent pas. Enfin, n’imposez pas à votre enfant de se rendre à l’enterrement s’il le refuse.

Si votre douleur est trop importante et qu’il est difficile pour vous d’aborder cette perte avec votre enfant, prenez contact avec les associations de familles en deuil. Elles sauront apporter à votre famille le soutien nécessaire et vous aideront à surmonter cette épreuve.

Groupe de soutien :

Vivre son deuil

Apprivoiser son deuil

 

Ouvrages :

"Les questions des petits sur la mort" de Marie Aubinais
"Le deuil :  y'a pas de mal à être triste" de Robet W. Alley
"Dis, un jour, moi aussi je mourirais ? " de Jacques Arènes
"Dialogues avec les enfants sur la vie et la mort " de Daniel Oppenheim
"Vivre le deuil au jour le jour : la perte d'une personne proche" de Christophe Fauré

 

Magali Laguillaumie